30 novembre 2009

Le ou La, Pinot Noir ?

Par Alain de Montmorency
Tel le sexe des anges, à l'origine de controverses depuis la nuit des temps, s'annonce ce pinot noir, hermaphrodite d'un soir, un Sancerre rouge Raudonas 2006 de Sébastien Riffault, dont les puissant arômes de fruits rouges grillés ne laissent aucun doute quant à la virilité du porte-greffe. Après quelques circonvolutions dans le verre, le nez se met à pinoter, sur des accents sudistes portés par un fruit mûr, ce qui est un réel exploit pour des raisins récoltés au niveau du nord de la Bourgogne (mais au sud de la Loire, ndlr). Ce côté solaire se poursuit d'ailleurs en bouche avec une matière autant généreuse que chaleureuse. En définitive, joli (vous remarquerez que je n'ai pas mis de "e") Pinot Noir qui, de surcroit, me réconcilie avec les vins de ce vigneron dont je n'avais goûté pour l'instant que les blancs.