26 août 2010

RVF de septembre 2010

Comme nous l'avons vu il n'y a pas de nombreuses bonnes affaires au niveau des sélections nationales des grandes enseignes et il me semble que Monoprix présente la meilleure "affaire" avec la cuvée Les Pins 2007 du Ch Tirecul La Gravière qui devrait partir vite même si c'est un liquoreux et surtout si des professionnels tombent dessus. Passons maintenant aux offres des sites internet et des enseignes spécialisées... C'est Pierrick Jégu qui s'y colle et c'est pas facile de passer derrière Raoul et ses superlatifs.
Page 68 : chateauonline obtient un CHOC (mérité) pour Dne Ricard le petiot 2009 (Touraine blanc) à 5,95 et un CHIC (?) pour Dne Belland clos de la vigne au saint 2000 (Corton Gd Cru) à 49,95.
Page 69 : wineandco hérite d'un CHIC (beurk) pour Ch Rauzan Gassies 2006 (Margaux) à 27,00 et d'un CHOC pour Ermitage du Pic St Loup 2006 (Languedoc Pic St Loup) 9,97.
Pages 70 à 74 : une pensée pour Pierrick et ce qu'il a du souffrir pour les FAV sans intérêt qu'il a été obligé de se farcir.
Page 78 : perdu en encadré au milieu des FAV belges dont je ne parlerai pas, une perle rare ! Virginie Morvan (acheteuse "vins" de Lavinia, ils font bien de préciser, elle aurait pu acheter des vêtements chics pour ce caviste de luxe) explique que les "vins bio" faisaient partie de l'un de leurs axes de communication il y a un an ou deux mais plus maintenant car il faut être prudent avec ces vins qui ne sont pas toujours bien "travaillés" alors que des vins produits en culture raisonnée sont très bons... Oulala, "bio" ça fait pas luxe, ça fait pas place de la Madeleine...
Prenons une pause car je sens comme une démangeaison sous le nez.
Remarquons toutefois, avant de passer à la lecture des offres de la GD détaillées par régions, que l'intitulé "vin bio" est régulièrement utilisé dans ce dossier et que ce terme qui ne correspond à rien (faute de réglementation) me semble bien exploité par les acteurs de la Grande Distribution pour noyer le pois(s)on.